Accueil Actualités |  Bayeux, Mémoire...
Lumières de la Liberté à Bayeux. Arbre illuminé. / © P. Le Bris

Bayeux, Mémoire du Monde

Le dimanche 24 octobre, le village itinérant des Équidays (23-28 octobre) fera la deuxième de ses six étapes à Bayeux, capitale du pays du Bessin, située à sept kilomètres de la Manche. Les Bayeusains (ou Bajocasses) mais aussi les visiteurs de passage pourront profiter des nombreuses animations proposées sur le village (création de figurines cheval en terre cuite, calèche des traits verts clinchampois, Hippolia Lab, etc.) et apprécier les expositions itinérantes des Équidays (« Le cheval dans le monde romain », « 1066, à la conquête de l’Angleterre avec Guillaume »…). L’occasion aussi de découvrir, ou redécouvrir, le patrimoine culturel et historique de la ville.

vendredi 23 juillet 2021

Partager cette actualité :

Dans le monde entier, l’évocation de Bayeux est immanquablement associée à sa Tapisserie. Exposé dans une galerie du Musée de la Tapisserie de Bayeux, musée municipal, au sein du Centre Guillaume le Conquérant (ancien grand séminaire), ce chef-d’œuvre de l’art roman du XIe siècle a traversé les siècles. Composée de 10 couleurs de fils de laine brodés sur 9 pans de toile de lin, la Tapisserie de Bayeux, inscrite au registre « Mémoire du Monde » de l’UNESCO, raconte l’épopée de Guillaume, duc de Normandie, couronné roi d’Angleterre à l’issue de la terrible Bataille d’Hastings, au soir du 14 octobre 1066. Sur les 68,30 mètres de longueur et 70 centimètres de hauteur, on y compte 58 scènes (25 en France, 33 en Angleterre), 626 personnages, 37 édifices dont la Mont Saint-Michel, 41 navires et même 202 chevaux. Au-delà de l’épopée militaire, elle est un formidable témoignage sur la vie au XIe siècle, l’architecture, les vêtements ou encore l’armement de cette époque médiévale. Des frises d’environ 7 cm encadrent la bande centrale. Des animaux y sont représentés. On y voit aussi l’évocation des morts de la bataille finale, souvent démembrés, témoignage de la violence de l’affrontement.

Exposée depuis 1983 dans l’ancien Grand Séminaire de Bayeux, elle est restée plusieurs siècles dans la cathédrale. Elle fut une première fois déplacée au Louvre par Napoléon avant de revenir à l’Hôtel de Ville de Bayeux. Malgré tous les chaos de l’histoire de France, toutes les guerres qui ont ébranlé le pays, elle a survécu, échappant même à une découpe en 1792 pour bâcher les chariots des soldats. Pendant la seconde guerre mondiale, les Allemands la firent transférer au Musée du Louvre à Paris. Elle revint à Bayeux en mars 1945. La découvrir, c’est embarquer pour un voyage à travers l’histoire. Les visiteurs pourront poursuivre leur voyage avec une exposition permanente expliquant les secrets de sa fabrication, avant de regarder un film présentant des scènes réelles de la reconstitution de la bataille d’Hastings.

Une fois l’incontournable visite du Musée de la Tapisserie de Bayeux terminée, les visiteurs pourront cet été profiter de plusieurs animations, de la tombée de la nuit à minuit. Si les Lumières de la Liberté, spectacle son et lumière autour de la Cathédrale et de l’Arbre de la Liberté, créé en 2014 à l’occasion du 70e anniversaire du Débarquement, ne pourront être reconduites cette année par souci de précaution sanitaire, une mise en couleurs dynamique donnera de l’éclat à la Cathédrale Notre-Dame, située au cœur du vieux Bayeux (du 13 juillet au 28 août). Les plus curieux pourront aussi profiter de visites guidées et bénéficier d’un accès privilégié à la salle du trésor et à la salle capitulaire.

Les mercredis 21, 28 juillet et 4 et 11 août, des concerts de musique ancienne seront proposés à quelques kilomètres au sud de Bayeux, à l’Abbaye de Juaye-Mondaye, suivis de l’éclairage du jardin de l’abbaye aux flambeaux.

Partager cette actualité :
Accéder à la carte interactive des événements

Pour aller plus loin :

Le site de la ville de Bayeux

Image d'en-tête : © P. Le Bris