Accueil Actualités |  Le cheval au cœur...
Cheval devant une personne de dos.

Le cheval au cœur du développement durable

« Le développement durable est une conception du développement ou de la croissance qui s'inscrit dans une perspective de long terme et en intégrant les contraintes écologiques et sociales à l'économie. » Telle est la définition régulièrement donnée pour cette notion de plus en plus présente dans les grands enjeux sociétaux de notre époque. Dans ce domaine, le cheval peut tenir un rôle majeur. À travers plusieurs opérations dont des initiations à l’équicoaching et à l’équithérapie (le 23 octobre, au domaine d’Oban, à Basseneville), les Équidays en offriront une belle illustration.

mercredi 13 octobre 2021

Souvent réduit à des enjeux écologiques, le développement durable s’étend bien au-delà du simple aspect environnemental. Au cœur des priorités du Département du Calvados avec notamment sa démarche « Calvados durable », lancée en 2007 et son plan climat-énergie territorial du département élaboré en 2012, la politique de développement durable s’attache également à l’approche de l’homme, ou plutôt de l’humain. Déjà fortement intégré au plan agricole et rural (soutien aux jeunes agriculteurs, à l’agriculture biologique, aux produits du terroir, aux énergie renouvelables à la ferme, lutte contre les pollutions par les nitrates et les pesticides…), l’animal, et en particulier le cheval, offre de nombreuses perspectives.  

Les vertus de l'équicoaching

« Le cheval rend visible l’invisible. » Installée à Basseneville, à une petite vingtaine de kilomètres à l’est de Caen, Sophie Tiale résume parfaitement ce concept par cette formule très explicite. Depuis un peu plus de deux ans, elle a développé au domaine d’Oban des séances d’équicoaching grâce à sa cavalerie de huit chevaux et d’un poney. « L’équicoaching, c’est un travail de développement personnel accompagné par un cheval, poursuit-elle. Tout se fait à pied avec des exercices très simples autour de l’interaction entre le client et le cheval. Cette collaboration entre l’homme et l’animal va permettre de répondre à des problèmes personnels ou professionnels. Le cheval met en lumière des comportements qu’on ne voit pas forcément naturellement. Trouver des solutions aux exercices proposés avec le cheval nécessite souvent de changer ses propres schémas et aide à la prise de conscience de certaines attitudes. Cela révèle beaucoup de choses et souvent génère des déclics. »

Trouver ou retrouver l’estime de soi en améliorant son image, identifier ses ressources internes et les mettre en application, gérer ses transitions de vie, améliorer ses relations aux autres (gestion et maîtrise de ses émotions, développement de la communication verbale et non verbale, respect des règles) sont quelques-unes des autres vertus de l’équicoaching. Parce que le cheval est un partenaire de travail qui ne sait pas tricher, et qui sait traduire notre réel état émotionnel à l’instant T.

« Même si certaines problématiques sont fréquentes, chaque personne est différente, chaque cheval est différent et il ne se passe jamais la même chose, constate Sophie Tiale, titulaire d’une certification reconnue par France Compétences, après une formation de deux ans. Il y a souvent un gros travail autour du lâcher-prise, de la capacité à savoir dire non, à être capable de trouver et prendre sa place. Ces séances permettent aussi de renforcer une cohésion de groupe autour du management participatif. »

Tous les publics sont accueillis avec bienveillance. « On comprend le discours de ceux qui sont réfractaires à ces séances ou qui ont peur des chevaux mais qui, dans le cadre d’une action proposée par leur entreprise, sont là parce qu’on leur a demandé d’être présents. En leur laissant bien évidemment leur libre-arbitre, on les invite juste à essayer, en toute sécurité, à vivre cette expérience. Et très souvent, la dynamique du groupe fait que tout se passe très bien. » Au point de voir certains clients revenir régulièrement.

À la découverte de l'équithérapie

Si l’équicoaching s’adresse à des clients, l’équithérapie, également présentée pendant les Équidays (le 23 octobre par Camille Poitrot, équithérapeute au domaine d’Oban), est davantage destinée à des patients. « Le cheval aide à reconnaître des émotions et permet donc de mieux les gérer, explique Sophie Tiale. Une séance d’équicoaching peut donc être un très bon complément à une psychothérapie. »

L’équithérapie est un soin psychique médiatisé par le cheval qui prend en charge la personne dans ses dimensions psychiques, émotionnelles, corporelles et sociales. De nombreuses personnes peuvent en bénéficier. La médiation animale peut en effet correspondre à un public du plus jeune au plus âgé présentant des difficultés liées ou non à un handicap ou une maladie. Les bénéfices sont multiples : développement des compétences psychomotrices (motricité fine et globale, coordination, intégration du schéma corporel, structuration espace-temps), développement des capacités cognitives (langage, mémoire, concentration) notamment. Des plus jeunes (dès 4 ans) qui seront accompagnés par des poneys, aux seniors dans des Ehpad, les possibilités sont multiples et offrent toujours des contenus d’une grande richesse.

Une parfaite illustration que la nature, à travers son monde animal et en particulier le cheval, peut offrir de formidables perspectives à l’homme. Une raison de plus, si nécessaire, de s’inscrire et de s’investir pleinement dans la philosophie du développement durable.